Art Amazigh

Site consacré à l'art amazigh, à la culture des berbères et leurs coutumes et traditions
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
» Invitation a la culture et patrimoine Amazigh
par tifawt Sam 13 Fév - 16:03

» Forum Art-Amazigh
par tifawt Sam 13 Fév - 16:02

» forum bled Amazigh
par tifawt Sam 13 Fév - 16:01

» Souss com adviser
par tifawt Sam 19 Déc - 15:06

» Welcome to Reseau Souss Massa Draa
par WesXTSVal Mer 22 Juil - 11:57

» Architecture ancienne
par mimouni Ven 23 Jan - 16:40

» Le Tatouage chez les Amazighs
par Admin Mar 6 Jan - 11:28

» Fabrication d'outils Amazigh
par Admin Mar 6 Jan - 11:27

» Mimouni Webmastering Links
par ouchenamazigh Mar 12 Nov - 14:42

» Tinariwen en Madrid: Imidiwan Winakalin
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:53

» TINARIWEN, MUSIQUE AMAZIGH (BERBÈRE) TOUAREG
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:52

» Chants et danses en mariage Amazigh
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:49

» Arts_Amazigh
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:47

» Inside mimouni subjects
par Admin Ven 25 Oct - 10:49

» Invitation sur Mimouni Amazigh
par tifawt Mar 17 Sep - 11:12

» Mimouni Abdelmalek : politicien n'est pas Zbilouchien
par ouchenamazigh Jeu 5 Sep - 7:01

» ART AMAZIGH DISCUTFORUM
par ouchenamazigh Jeu 5 Sep - 6:31

» Art Amazigh recidive avec Art Amazigh discutland
par ouchenamazigh Jeu 5 Sep - 6:29

» Politique et intercation Amazigh
par ouchenamazigh Mer 4 Sep - 16:40

» Sitemap Amazigh
par ouchenamazigh Mer 4 Sep - 16:35

Sujets les plus vus
L'art du Henné
Traduction Français>Tifinagh
recidive .. Mimouni forum nouvelle generation
instruments Amazigh en musique
Mimouni Abdelmalek : politicien n'est pas Zbilouchien
ART AMAZIGH DISCUTFORUM
Art bijoutier Amazigh
Le costume Marocain
Nouvelle approche musique Amazigh
Chtouka Presse une bombe de parfum
Sujets les plus actifs
Art-région Ida ougnidif
Artisanat Touareg
Art bijoutier Amazigh
Le musée de Tifnagh
Arganier Amazigh
instruments Amazigh en musique
Architecture ancienne
chefs d'oeuvre en perdition
le costume de tamazighte
Bijoux Touareg
Mots-clés
Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 La chrirugie du crane (trépanation)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mimouni
webmast-admin
webmast-admin
avatar

Nombre de messages : 281
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: La chrirugie du crane (trépanation)   Dim 6 Juil - 14:13

Le texte qui suit est tiré du livre “la ville de sel” de Carl et Petit, publié par
Julliard en 1954. Il s'agit d'une trépanation qui se passe au Borkou,
au nord du Tchad. Tous les détails techniques y sont authentiques
affirment les auteurs. Au Sahara plus qu'ailleurs peut-être “le vrai peut
quelquefois n'être pas vraisemblable.


Un secret transmis de génération en génération ayant ses
origines en pleine préhistoire


“Le vieil Ounia, nommé Eguédé, qui souffrait de violents maux de
tête depuis quelques mois, alla trouver Bahad. Il avait reçu dans sa
jeunesse un coup de sabre qui lui avait entamé la boîte crânienne.
Après avoir longuement examiné et palpé la tête du malade, Bahad déclara :

- L'os n'est pas bon, il faut l'arracher … C'était la trépanation.

Le vieux hésita, puis accepta enfin de se soumettre à la redoutable
opération.

Pour le célèbre guérisseur, cette intervention devait être la dernière d'une
longue carrière. Il fit demande à Guiane, de venir l'assister.A l'aube du
jour convenu, Guiane arriva à la case d'Eguedé. Deux forgerons étaient
déjà là et ils commençaient d'installer leurs soufflets en peau de chèvre
près d'un petit brasier.Eguédé était couché sur une natte, à l'intérieur
de la case. Le faki Brahammi se tenait accroupi près de lui et murmurait
des prières.


Bahad arriva à son tour. Il alla s'installer près du patient et lui parla
quelque temps à voix basse. Eguédé lui demanda comme une faveur
de ne pas être maintenu durant l'opération.Alors Bahad commença son
office.Sur son ordre, Eguédé s'était allongé sur le ventre, la tête
appuyée sur le coude droit.


Bahad sortit de son sac quelques nervures de palmier-doum,
une douzaine d'épines de thala et quatre burins qu'il aligna près
de lui sur la natte.
Dehors les gens se turent soudainement.
Guiane écrasait dans un mortier un mélange de garat (plante qui
combat l'infection et cicatrise les plaies) et d'écorce d'édri
(qui arrête les hémorragies).


Bahad saisit un burin dans sa longue main desséchée et, après avoir
palpé pendant quelques secondes le crâne du patient, il prononça le
Bismillah et trancha hardiment le cuir chevelu, en croix, sur l'emplacement
à opérer. Le sang jaillit aussitôt, en flot épais. Sans s'en inquiéter, le
guérisseur posa la pointe de son instrument au centre de la croix et
se mit à décoller les quatre volets de peau, comme on écorce un
fruit. L'hémorragie se fit plus abondante. Alors, Bahad fit un signe
à Guiane ; celui-ci lui présenta le mélange de graines et d'écorces
qu'il venait de broyer. Le vieux l'étendit aussitôt sur la plaie à vif
et rapidement l'hémorragie diminua d'intensité.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimouni
webmast-admin
webmast-admin
avatar

Nombre de messages : 281
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Re: La chrirugie du crane (trépanation)   Dim 6 Juil - 14:15

la suite de la trepanation chez les Amazigh:

“A sa demande, un forgeron apporta alors une tige de fer à pointe aplatie, dont l'extrémité était rougie au feu. Bahad l'appliqua aux quatre extrémités de la croix qu'il avait incisée sur le crâne du patient. Les chairs grésillèrent. A la pointe de chaque volet, le guérisseur planta une épine et y attacha une nervure de palmier-doum. Les quatre liens pendant autour de la tête furent ensuite tirés et noués sous le menton de l'opéré, ouvrant les téguments en une fleur sanglante et fantastique qui découvrait l'os.

Lorsque l'hémorragie cessa complètement, Bahad nettoya la paroi osseuse. Guiane vit alors distinctement la trace du coup de sabre, un sillon noirâtre et profond.Et la trépanation proprement dite commença. A l'aide d'un burin Bahad traça autour du sillon une ellipse régulière et suivant ce tracé, il se mit à inciser l'os, à petits coups lents, précis et puissants. Dans un coin de la case, le faki accroupi marmonnait les formules saintes en égrenant son chapelet. Il commençait à faire chaud.

Au bout de quelque temps, Bahad laissa tomber son instrument émoussé et en saisit un autre. Il taillait sans relâche et dans l'os le cercle se creusait, de plus en plus profond. Eguédé qui avait tressauté à plusieurs reprises lorsqu'on lui ouvrait le cuir chevelu, demeurait maintenant immobile, la tête toujours appuyée sur le coude.

Les heures s'écoulaient et Guiane vit enfin ce qu'il attendait. Dans les mains nerveuses du guérisseur, l'outil se fit plus circonspect. Une sorte de contact mystérieux parut s'établir entre la pointe métallique et les sens du vieillard. Au-delà de l'écorce osseuse, Bahad avait senti qu'il allait atteindre l'organe essentiel et fragile.

Le moment crucial était arrivé. Les risques étaient énormes . Le vieux guérisseur eut soudain conscience de son grand âge et une terrible lassitude parut courber ses épaules. Il posa son regard sur Guiane , sa jeunesse et son calme le rassurèrent.

D'une main qui ne tremblait plus, il appliqua l'extrémité du burin en un point du sillon et il fit levier.La rondelle d'os remua dans son logement, mais ne céda pas .Bahad localisa les adhérences et donna encore deux ou trois coups de tranchant délicatement. A la seconde tentative, le fragment se détacha d'un seul coup. Le chirurgien le recueillit entre deux doigts et le tendit à Guiane émerveillé. Au-dessous, la surface palpitante des méninges apparaissait. Quelques mouches s'en approchèrent. Le jeune homme les chassa d'un revers de main.

Le patient était prostré et ne réagissait plus maintenant. Bahad lava la cavité avec de l'eau fraîche, puis y versa du beurre de chèvre.L'opération était terminée.


Comme il avait prévu de le faire, Guiane resta près de l'opéré, afin d'observer le processus de guérison. Dès lors, tout se passa normalement. Chaque matin, du beurre était versé dans la plaie et, jusqu'à la nuit, quelqu'un se tenait près du convalescent pour écarter les mouches.

Au bout de sept jours, on appliqua de nouveau de la poudre de garat et l'on ôta les bâtonnets qui empêchaient le cuir chevelu de se refermer. Peu de temps après les attaches de fibre se rompirent et on laissa les chairs se rabattre lentement sur l'ouverture béante du crâne.

Au bout de quinze jours, Eguédé déclara qu'il ressentait de violentes douleurs en divers endroits de la tête. Bahad s'y attendait, car il en était ainsi habituellement . Il localisa les points douloureux, par palpation et y appliqua l'extrémité d'une tige de fer rougie au feu. Les douleurs cessèrent.

Un mois plus tard, Eguédé était définitivement guéri. ”
fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tifawt
moderateur
moderateur
avatar

Nombre de messages : 85
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: La chrirugie du crane (trépanation)   Lun 7 Juil - 11:15

mimouni a écrit:
Le texte qui suit est tiré du livre “la ville de sel” de Carl et Petit, publié par
Julliard en 1954. Il s'agit d'une trépanation qui se passe au Borkou,
au nord du Tchad. Tous les détails techniques y sont authentiques
affirment les auteurs. Au Sahara plus qu'ailleurs peut-être “le vrai peut
quelquefois n'être pas vraisemblable.


Un secret transmis de génération en génération ayant ses
origines en pleine préhistoire


“Le vieil Ounia, nommé Eguédé, qui souffrait de violents maux de
tête depuis quelques mois, alla trouver Bahad. Il avait reçu dans sa
jeunesse un coup de sabre qui lui avait entamé la boîte crânienne.
Après avoir longuement examiné et palpé la tête du malade, Bahad déclara :

- L'os n'est pas bon, il faut l'arracher … C'était la trépanation.

Le vieux hésita, puis accepta enfin de se soumettre à la redoutable
opération.

Pour le célèbre guérisseur, cette intervention devait être la dernière d'une
longue carrière. Il fit demande à Guiane, de venir l'assister.A l'aube du
jour convenu, Guiane arriva à la case d'Eguedé. Deux forgerons étaient
déjà là et ils commençaient d'installer leurs soufflets en peau de chèvre
près d'un petit brasier.Eguédé était couché sur une natte, à l'intérieur
de la case. Le faki Brahammi se tenait accroupi près de lui et murmurait
des prières.


Bahad arriva à son tour. Il alla s'installer près du patient et lui parla
quelque temps à voix basse. Eguédé lui demanda comme une faveur
de ne pas être maintenu durant l'opération.Alors Bahad commença son
office.Sur son ordre, Eguédé s'était allongé sur le ventre, la tête
appuyée sur le coude droit.


Bahad sortit de son sac quelques nervures de palmier-doum,
une douzaine d'épines de thala et quatre burins qu'il aligna près
de lui sur la natte.
Dehors les gens se turent soudainement.
Guiane écrasait dans un mortier un mélange de garat (plante qui
combat l'infection et cicatrise les plaies) et d'écorce d'édri
(qui arrête les hémorragies).


Bahad saisit un burin dans sa longue main desséchée et, après avoir
palpé pendant quelques secondes le crâne du patient, il prononça le
Bismillah et trancha hardiment le cuir chevelu, en croix, sur l'emplacement
à opérer. Le sang jaillit aussitôt, en flot épais. Sans s'en inquiéter, le
guérisseur posa la pointe de son instrument au centre de la croix et
se mit à décoller les quatre volets de peau, comme on écorce un
fruit. L'hémorragie se fit plus abondante. Alors, Bahad fit un signe
à Guiane ; celui-ci lui présenta le mélange de graines et d'écorces
qu'il venait de broyer. Le vieux l'étendit aussitôt sur la plaie à vif
et rapidement l'hémorragie diminua d'intensité.”

C'est a peine croyable, mais les sources sont la pour le prouver.
Cela montre que l'Amazigh a voulu rester independant de toute
aide exterieure et se débrouille très bien pour rester autonome.
Bravo , pour cees posts pertinents et rigoureux qui valorisent
notre type.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chrirugie du crane (trépanation)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chrirugie du crane (trépanation)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» decor pour boite col du crane
» Pendentif du crane de sang et coup fatal : un petit doute
» [chronique] "Dans les nuages" de Jordan Crane
» Baton du crane
» Crane hippie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Art Amazigh  :: Focus Art Amazigh-
Sauter vers: