Art Amazigh

Site consacré à l'art amazigh, à la culture des berbères et leurs coutumes et traditions
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
» Invitation a la culture et patrimoine Amazigh
par tifawt Sam 13 Fév - 16:03

» Forum Art-Amazigh
par tifawt Sam 13 Fév - 16:02

» forum bled Amazigh
par tifawt Sam 13 Fév - 16:01

» Souss com adviser
par tifawt Sam 19 Déc - 15:06

» Welcome to Reseau Souss Massa Draa
par WesXTSVal Mer 22 Juil - 11:57

» Architecture ancienne
par mimouni Ven 23 Jan - 16:40

» Le Tatouage chez les Amazighs
par Admin Mar 6 Jan - 11:28

» Fabrication d'outils Amazigh
par Admin Mar 6 Jan - 11:27

» Mimouni Webmastering Links
par ouchenamazigh Mar 12 Nov - 14:42

» Tinariwen en Madrid: Imidiwan Winakalin
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:53

» TINARIWEN, MUSIQUE AMAZIGH (BERBÈRE) TOUAREG
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:52

» Chants et danses en mariage Amazigh
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:49

» Arts_Amazigh
par ouchenamazigh Jeu 7 Nov - 7:47

» Inside mimouni subjects
par Admin Ven 25 Oct - 10:49

» Invitation sur Mimouni Amazigh
par tifawt Mar 17 Sep - 11:12

» Mimouni Abdelmalek : politicien n'est pas Zbilouchien
par ouchenamazigh Jeu 5 Sep - 7:01

» ART AMAZIGH DISCUTFORUM
par ouchenamazigh Jeu 5 Sep - 6:31

» Art Amazigh recidive avec Art Amazigh discutland
par ouchenamazigh Jeu 5 Sep - 6:29

» Politique et intercation Amazigh
par ouchenamazigh Mer 4 Sep - 16:40

» Sitemap Amazigh
par ouchenamazigh Mer 4 Sep - 16:35

Sujets les plus vus
L'art du Henné
Traduction Français>Tifinagh
recidive .. Mimouni forum nouvelle generation
instruments Amazigh en musique
ART AMAZIGH DISCUTFORUM
Mimouni Abdelmalek : politicien n'est pas Zbilouchien
Art bijoutier Amazigh
Le costume Marocain
Forum Art-Amazigh
Chtouka Presse une bombe de parfum
Sujets les plus actifs
Art-région Ida ougnidif
Artisanat Touareg
Art bijoutier Amazigh
Le musée de Tifnagh
Arganier Amazigh
instruments Amazigh en musique
Architecture ancienne
chefs d'oeuvre en perdition
le costume de tamazighte
Bijoux Touareg
Mots-clés
vous
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 1er empreur roman d'origine amazigh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Berrahah

avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: 1er empreur roman d'origine amazigh   Mar 10 Mar - 6:43

(Lucius Septimius Severus Pertinax) (11 avril 146 - 4 février 211) est un empereur romain d'origine berbère , qui régna de 193 à 211. Avec lui commence la dynastie des Sévères et l'arrivée au pouvoir de provinciaux d'ascendance non romaine.
Ses débuts [modifier]
Septime Sévère naît le 11 avril 146 à Leptis Magna, une ville située en Tripolitaine sur la côte de la Libye actuelle. C'est un Africain de Lepcis Magna, d'origine berbère 1 et de culture punique23 du côté de son père, Publius Septimus Geta, qui avait accédé à la citoyenneté romaine au cours du Ier siècle. Du côté de sa mère Fulvia Pia, la famille associe des citoyens italiens mariés à des indigènes ayant obtenu la citoyenneté4. Les deux côtés de sa famille se composent de notables. Ainsi, son grand-père paternel fut préfet de Leptis avant d'en être le premier duumvir lorsque la cité devint colonie romaine sous Trajan. Il se marie en secondes noces avec Julia Domna, fille du grand prêtre d'Emèse (Syrie), dont il a deux fils, Geta et Caracalla.
L'historien Dion Cassius le décrit comme un homme de petite taille, maigre, très vif et taciturne. Il avait un fort accent qui lui valait d'être taquiné par ses contemporains. Son identité africaine et son ascension témoignent de la prospérité de l'Afrique ainsi que de la parfaite intégration de cette province et de ses habitants dans le monde romain.
Grâce à un cousin ayant fréquenté la cour impériale, il quitte à l'âge de 18 ans Leptis Magna pour Rome, où il occupe diverses fonctions civiles et militaires. Exerçant brillamment une carrière sénatoriale sous Commode, il exerce pour un temps des fonctions en Gaule lyonnaise. De ce fait, ses deux fils naissent à Lyon.
En 191, il accède au poste de légat de Pannonie supérieure, avec le soutien de Aemilius Laetus, le préfet de la garde prétorienne, lui conférant ainsi la légation de trois légions pour défendre la frontière.
Son accès et son maintien au pouvoir [modifier]
Le 31 décembre 192, l'empereur Commode est déclaré ennemi du Sénat et mauvais empereur et est assassiné. Helvius Pertinax est alors choisi par le Sénat après avoir donné un donativum aux prétoriens.
Arrivant au pouvoir et constatant que les caisses impériales sont vides, il décide d'éloigner les prétoriens du pouvoir et de leur imposer une discipline plus sévère. Trois mois plus tard il est assassiné. Didius Julianus, prétendant au titre d'Auguste, se livre à une véritable mise aux enchères du trône en compétition avec un autre prétendant et se fait nommer princeps par les prétoriens. Le Sénat accepte celui qui veut rétablir la tradition commodienne.
En 193 à Carnuntum, en Pannonie supérieure, Septime Sévère apprend les meurtres de Commode et de Pertinax. Les légions stationnées sur le Danube, jalouses des prétoriens, dénoncent la comédie. Se considérant comme les seuls vrais citoyens romains, ils acclament leur chef comme empereur. Enregistrant le soutien des légions du Rhin et de Germanie, Septime Sévère décide de marcher sur Rome.
Le 1er juin 193 le Sénat condamne Didius Julianus à mort, ouvrant la voie à Septime Sévère, qui se présente à Rome avec ses légions le 9 juin 193. Un prétorien assassine Didius Julianus. Septime Sévère invite la garde prétorienne à un banquet dans son camp. Il fait cerner les lieux par ses soldats, désarme les prétoriens et fait exécuter les meurtriers de Pertinax. Il licencie les effectifs de la garde prétorienne, qui sont remplacés par des Pannoniens.
C'est alors que les autres armées provinciales se révoltent :
• En Orient, Pescennius Niger, légat de Syrie, refuse d'acclamer Septime Sévère. Son armée le proclame empereur. Il est bientôt soutenu par l'Egypte. Septime Sévère réagit aussitôt, se déplace en Orient et écrase l'armée de Pescinus Niger mal entraînée. La bataille finale décisive a lieu à Issus au printemps 194.
Son pouvoir consolidé, Septime Sévère prend le nom de Pertinax, se proclame fils de Marc-Aurèle et crée une généalogie fictive remontant à Nerva.
• En Bretagne, une menace plus sérieuse pèse sur la légitimité de Septime. Clodius Albinus, légat de Bretagne, également d'origine africaine, réclame une part du pouvoir. Son armée est importante et bien entraînée face aux Écossais. Septime se concilie habilement Clodius Albinus en lui accordant le titre de César et le consulat pour l'année 194. En 195, après une campagne contre les Parthes, Septime Sévère fait proclamer Clodius Albinus ennemi public. Celui-ci traverse la Manche en 196 avec ses légions (40 000 hommes). La bataille décisive a lieu en février 197 à proximité de Lugdunum (Lyon). Septimius et ses légions sont victorieux. Clodius s'enfuit et se donne la mort. Septime Sévère fait déshabiller la dépouille et la fait piétiner par son cheval ; la tête tranchée est envoyée à Rome, le corps est jeté dans le Rhône. La famille de Clodius n'est d'abord pas inquiétée, mais sa veuve et ses fils sont ultérieurement assassinés. 29 sénateurs qui avaient soutenu Clodius Albinus sont éliminés.
Un règne militaire [modifier]
Le règne de Septime Sévère apparaît comme une affirmation du caractère militaire de la monarchie déjà illustrée par le remplacement des prétoriens par des légionnaires de Pannonie lors de son accès au pouvoir en 193.
Dans les années 197 à 199 de nouvelles campagnes victorieuses contre les Parthes aboutissent à la création de la province de Mésopotamie. Après la conquête de la ville de Ctésiphon, il fait tuer environ 100 000 habitants, hommes, femmes et enfants, et s'empare du trésor des Parthes. Pendant les cinq années suivantes, il organise l'administration de la nouvelle province. La création de la Mésopotamie est vue comme une usurpation de territoire par les populations iraniennes et restera une pomme de discorde entre elles et l'Empire.
Le caractère militaire s'affirme encore dans les multiples réformes que ce commandant victorieux a mis en place. Il connaissait la réalité du front, la difficulté de la vie de soldat et avait failli à plusieurs reprises perdre la vie. C'est pourquoi il prend de nombreuses mesures :
• Il augmente considérablement le salaire des soldats, peut-être de moitié ; il provoque ainsi un déséquilibre des finances et de l'économie, une telle revalorisation n'ayant pas été entreprise depuis un siècle.
• Il améliore également l'annone militaire en créant officiellement l'institution. L'achat et l'entretien des équipement et du ravitaillement étant l'affaire des soldats, le transport est attribué à l'État et Septime Sévère en institue responsable la Poste impériale.
• Il rajuste le statut civil des militaires, en leur donnant le droit au mariage et à l'officialisation de leurs enfants, ce que la précédente libéralisation du statut par Claude interdisait. En effet, jusqu'à Claude les soldats ne pouvaient pas quitter le camp durant la durée de leur service (15 ans pour les prétoriens, 20 ans pour les légionnaires et 30 ans pour les auxiliaires) et ne pouvaient avoir de famille. Claude avait réformé le système en autorisant les soldats à quitter le camp quand ils n'étaient pas de service afin de fonder officieusement une famille ; ils n'avaient cependant pas le droit de se marier ni de reconnaître leurs enfants avant leur retraite.
• Il fonde des collèges militaires et crée trois légions supplémentaires, ce qui accroît l'effectif de l'armée de 10%. Il accorde enfin de nouveaux honneurs aux militaires, autorisant les officiers à porter un anneau d'or, privilège jusqu'alors réservé aux chevaliers.
Un règne civil [modifier]
Alors que l'affirmation militaire de la monarchie est indéniable, on observe également une consolidation civile du pouvoir qui se manifeste dans l'entourage de l'empereur.
En effet, ce dernier a su s'entourer d'une cour importante constituée, outre d'Italiens, moins prospères que lors des deux siècles précédents, d'Africains mais également d'Orientaux originaires de Syrie.
Leurs statuts sont divers ; on y compte :
• Des juristes, tel Plautien, plus juriste que préfet du prétoire, appartenant à une riche famille de Leptis Magna.
• Des " juristes consultes " tels Ulpien, Paul, Papinien, qui auprès de l'empereur travaillent aux lois et à la jurisprudence.
• Des philosophes comme Philostrate qui gravitent autour de l'empereur en abandonnant petit à petit au troisième siècle la philosophie stoïcienne basée sur la présence de dieu en toute chose et l'idée que l'homme doit contrôler ses pulsions. Prônant l'abstinence et l'universalité des dieux, la philosophie néoplatonicienne commence à se répandre, beaucoup plus austère et proche de la philosophie chrétienne. L'empereur apparaît au centre de cette nouvelle cour basée sur une extension du palais palatin.
L'activité civile de Septime s'exprime également dans ses voyages de 199 à 203. Lors d'un périple en Orient, il coupe la Syrie, dont sa femme est originaire, en deux provinces ; son but est de soulager le travail trop important du gouverneur mais également d'éviter toute tentative de coup d'État en divisant le pouvoir de chaque gouverneur et donc de leurs légions. En Afrique, il créé officiellement la province de Numidie puis il visite l’Égypte, y rend hommage à la dépouille embaumée d’Alexandre le Grand et remonte le Nil jusqu’à Thèbes. Il proclame l'Égypte province libre d'Empire et accorde aux cités le droit de se doter d'institutions. On observe donc que Septime Sévère déploie une activité civile très importante parallèlement à son activité militaire. C’est seulement en 203 que Septime Sévère revient à Rome.
Septime Sévère fait réaliser plusieurs constructions imposantes :
• A Rome, il embellit la face sud du Palatin par l'érection d'une fontaine monumentale, le Septizodium, dédiée aux sept astres majeurs (les planètes, la Lune et le Soleil), et par la construction d'une aile nouvelle du palais impérial. Il fait aussi entamer les travaux des thermes de Caracalla. Par ailleurs, il restaure un grand nombre d'édifices endommagés par des incendies de la fin du règne de Commode, parmi lesquels le Temple de la Paix (au sein duquel il fait ériger un plan de Rome monumental, la Forma Urbis), le théâtre de Pompée, le portique d'Octavie, les Arcus Neroniani, etc.
• Sa ville natale, Leptis Magna, est gratifiée de monuments remarquables : forum de Sévère, basilique sévérienne, installations portuaires.
Septime Sévère prend encore des mesures d'organisation structurantes pour l'Empire romain :
• il transfère aux préfets du prétoire le traitement en appel des causes judiciaires, jusque là domaine réservé à l'empereur. Cette réforme donne aux préfets du prétoire un rôle de plus en plus important dans le domaine civil.
• en sus des traditionnelles distributions de blé, il institue pour la plèbe des distributions gratuites d'huile d'olive.
La fin de sa vie [modifier]


Aureus de Septime Sévère
Il cherche à consolider sa succession : il marie son fils Caracalla avec Plautilla, la fille de Gaius Fulvius Plautianus, préfet de la garde prétorienne, avec lequel il est lié d’amitié. Les relations au sein du couple se détériorent cependant rapidement.
Peut-être sur incitation de Caracalla, Plautianus est accusé de trahison par des centurions en 205. Septime Sévère le fait assassiner et Plautilla est bannie sur l’île de Lipari.
En 208, Septime Sévère s’embarque avec ses deux fils Caracalla et Geta vers la province de Bretagne pour combattre les Calédoniens. Plusieurs batailles ont lieu jusqu’en 209, sans victoire décisive. Pour sécuriser la frontière nord de l’empire romain, il fait consolider le Mur d'Hadrien sur une longueur d’environ 130 km.
Affaibli par la goutte, il se retire à York où il meurt le 9 février 211 à l’âge de 65 ans. D'après certaines sources romaines, il aurait prononcé sur son lit de mort des mots qui sont restés célèbres : « Maintenez la concorde, enrichissez les soldats et moquez-vous du reste ».
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Septime_S%C3%A9v%C3%A8re
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LbazAli
Invité



MessageSujet: absolument surprenenant   Mar 28 Avr - 14:58

Merci beaucoup Monsieur pour cette source si vivante encore et proche de notre mémoire, on dirait que c'est l'histoire d'hier, en fait
elle fait partie de nous memesn elle est ompatible avec nos sentiments, nos flairs, nos ressources.
merci pour ce rappel, afin que la jeunesse puisse au moins avoir
une idée de l'histoire de leurs ancetres.
Bonne ou mauvaise, ces sources nous ppartiennet et nous devons en etre fier.
Revenir en haut Aller en bas
ouchenamazigh
Admin
avatar

Nombre de messages : 253
Date d'inscription : 20/06/2008

MessageSujet: Le courage et la franchise de s'exprimer   Mer 23 Sep - 7:18

Beaucoup d'ecrivains et chercheurs collectent aujourd'hui les bribes de l'histoire de nos ancetres, mais peu ont la franchise de l'afficher, l'exposer et en parler.
L'histoire Amazigh a été et est encore aujourd'hui objet de la volonté humaine insouciante ou refusant de la reconnaitre par racisme ou jalousie, mais la nouvelle generation finira bientot par la faire renaitre
et l'archiver pour les generations futures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1er empreur roman d'origine amazigh   

Revenir en haut Aller en bas
 
1er empreur roman d'origine amazigh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le piège infernal: La résurection! (MUSCLOR) roman photo.
» [Collection] Le roman du charme / Guy Le Prat éditeur /Paris
» le meilleur service pack pour HD2 rom orange d'origine
» [Collection] Roman de Cape et d'Epée (Tallandier)
» [Pennac, Daniel] Comme un roman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Art Amazigh  :: Topic Visiteurs-
Sauter vers: